Accueil

Quelles que soient les barrières que l’on vous oppose, il est en votre pouvoir de les franchir ; vous n’avez qu’a le vouloir.

                                                                                                                                                                                                                                    Olympe de Gouges

 

 

 

Un musee virtuel
Présentation du projet, développement et actualités

 

Figure méconnue de la Révolution Française, humaniste et féministe avant l’heure, Olympe de Gouges, dont les combats pour la justice sociale ou le droit des femmes résonnent encore avec force dans notre société contemporaine, méritait bien qu’on lui consacre un musée… Mais pas n’importe quel musée. Pour celle qui fut si en avance sur son temps et aimait tant partager ses idées, quoi de mieux qu’un musée virtuel ? Fidèle à celle qui l’a inspiré, « Olympe de Gouges 2.0 » se veut un espace multiforme, transmédia et participatif, ouvert à tous et pour tous.

Le projet
Un musee
qui ne ferme jamais ses portes

 

Plus qu’un site internet, plus qu’un web doc, Olympe de Gouges 2.0
est le projet d’un musée virtuel multiforme et transmédia, qui utilisera
toutes les ressources du Web participatif et les nouvelles technologies
qui lui sont associées pour rendre compte de la vie, de l’œuvre et des
idées d’Olympe de Gouges.

 

Un musee
ouvert a tous 

 

 

L’objectif du projet Olympe de Gouges est double :

- Faire connaître au grand public une personnalité historique en leur
proposant une muséographie dématérialisée et innovante axée sur une
mise en scène interactive et utilisant toutes les formes médiatiques
(vidéos, écrits, animations, captations, BD…)

- Créer un espace de référence pour les chercheurs, les étudiants et les
spécialistes en les fédérant autour de plateformes d’échanges (webinaires,
blogs, réseaux sociaux) et la mise en réseau de contenus spécialisés.

Les porteurs du projet

Les porteurs
du projet

 

Pourquoi consacrer un musée, et qui plus est virtuel à Olympe de Gouges ?
La réponse d’Olivier Blanc, historien spécialiste d’Olympe de Gouges et conservateur du musée.

Olympe de Gouges 2.0 est né de la rencontre entre Graciela Barrault, réalisatrice et ingénieuse du son(Arte, France Televisions) et de Serge Diloy, fondateur de la jeune maison de production Supersonido.

C’est suite à la diffusion de mon dernier documentaire “Femmes, témoins dans une affaire d’état” que Serge, sensible à mon parcours et à mes centres d’intérêts, me propose de réfléchir à un projet sur Olympe de Gouges. Olympe de Gouges ? Je pense immédiatement à la Déclaration des Droits de la Femme. Pour le reste… Je me rends compte que, comme beaucoup de français, j’ignore qui est vraiment Olympe de Gouges. Et pourtant, quand je me penche sur son histoire, je découvre la richesse de sa vie et de ses convictions. Il faut combler cette lacune collective, je décide de m’y employer.
                                                                                     Graciela Barrault

Qui était Olympe ?

 

Olympe de Gouges, l’invention d’un engagement au feminin

 

Figure méconnue de la Révolution française, humaniste et féministe avant l’heure, Olympe de Gouges fut de tous les combats : abolition de l’esclavage, justice sociale, droit au divorce, rejet de la peine de mort, égalité hommes femmes… Des combats qu’elle mènera avec passion et acharnement jusqu’à en perdre la tête. Victime de la terreur, elle fut guillotinée en 1793, juste après Marie-Antoinette.
LES COMBATS D’OLYMPE ANTICIPENT TOUS CEUX QUI AGITERONT LE XXème SIECLE

Certains sont encore d’actualité aujourd’hui. Si longtemps, on a enfermé Olympe de Gouges dans un rôle de “passionaria marginale” et discrédité son action, elle est aujourd’hui peu à peu reconnue comme une figure majeure de la Révolution Française. Son audace et son originalité politique intéresse les chercheurs. On étudie Olympe de Gouges aux États-Unis, au Japon, en Allemagne…

Récemment, un peu partout dans le monde, de nouvelles Olympes se sont emparé des nouveaux moyens d’expression. Blogs et réseaux sociaux ont servi a médiatiser leurs idées, à lutter contre la tyrannie, à chroniquer leur révolution. Olympe, qui imprimait à son compte ses affiches se reconnaîtrait. Aujourd’hui, elle serait probablement l’une de ces femmes.

Alors, quel meilleur hommage pour cette personnalité si moderne, si vivante, si ouverte qu’un musée virtuel ? 

 

Société des amis
La Societe des amis d’Olympe de Gouges

 

Constituée sous un statut associatif et composée de l’équipe en charge du musée virtuel, d’un groupe d’experts scientifiques et d’amateurs éclairés, la Société des Amis d’Olympe de Gouges est le garant des concepts et de la qualité des contenus. A la fois parrains et ambassadeurs du musée, ses membres assurent son bon fonctionnement et sa pérennité.

Chaque année, parmi les membres de la Société des Amis d’Olympe de Gouges, une personnalité est nommée « conservateur du musée ». En 2013, année de l’ouverture du musée, c’est Olivier Blanc, historien et auteur d’un ouvrage de référence sur Olympe de Gouges, qui en devient le premier conservateur.

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Professeur d’univesité et chercheur en littérature

Membre du comité scientifique

Professeure à l’Université de Paris-Est-Créteil (UPEC), où elle dirige l’Equipe d’Accueil LIS Lettres, Idées Savoirs EA 4395, ses travaux portent sur la littérature pédagogique et les femmes de lettres,  le théâtre du XVIIIe siècle, les théâtres d’éducation et de société. Elle est co-éditrice avec D. Quéro et D. Trott de la base de données et a publié et participé à plusieurs ouvrages (Mme de Maintenon : une femme de lettres, en collaboration avec Christine Mongenot, PUR, 2013).

 

 

Geneviève Fraisse

Philosophe et historienne de la pensée féministe

Membre d’honneur

Directrice de recherche au CNRS, ancienne déléguée interministérielle aux droits des femmes, ancienne députée européenne (1997-2004), elle travaille notamment sur l’histoire de la controverse des sexes, d’un point de vue épistémologique et politique suivant trois axes : la généalogie de la démocratie, les concepts de l’émancipation et la problématisation philosophique de l’objet « sexe/genre » (La Fabrique du féminisme, Textes et entretiens, le Passager clandestin, 2012)

Olivier Blanc

chercheur indépendant

Conservateur du musée

Né à Montivilliers (Seine maritime) en 1951, Olivier Blanc est l’auteur, depuis 1981, d’une dizaine d’essais et de biographies historiques sur la fin du Siècle des Lumières et la Révolution française. Ces travaux  sont le produit de recherches exceptionnelles, par leur qualité, leur  importance et leur diversité, dans les fonds d’archives publics et privés. En plus de trente ans de fréquentation continue des archives française et étrangères, il a ainsi renouvelé les connaissances qu’on avait sur les rapports entre le pouvoir politique et l’argent en temps de guerre et particulièrement sous la Terreur (1793-94), ainsi que les pratiques liées à la diplomatie secrète et au renseignement. Il est l’auteur d’une biographie de référence consacrée à Olympe de Gouges (Marie-Olympe de Gouges, une humaniste à la fin du XVIIIe siècle, Éditions René Viénet, 2003)

Partenaires
Nos partenaires

 

01 02 03 04

 

 

 

 

 

 

Merci pour leur intérêt et leur soutien à :

05 06 07

Olympe 2.0 est un projet en cours de développement.
Inscrivez-vous et soyez les premiers informés de l’ouverture du Musée.

Contactez nous

 

Contact presse et partenaires

 

 

Serge DILOY
Supersonido
10, rue Moreau 75012 Paris – France
+33 (0)1 44 93 04 08

serge@assaud.com